Michel Mhanna Santoni trace sa route !

Michel Mhanna Santoni a eu la chance de participer dernièrement à deux projets passionnants et inspirants qui seront présentés en festivals internationaux au Brésil, aux USA et au Canada.

Michel Mhanna Santoni3

KTA“, réalisé par Victoria Visco, élève en 2 ème année master section International à EICAR, est le premier projet fictionnel à avoir été tourné dans les parties interdites des catacombes de Paris. Même s’il s’agissait d’un projet d’école, le film fut auto-produit ce qui a permis de travailler avec du matériel de qualité professionnelle. Michel y joue le personnage de David, guide cataphile, qui conduira une bande d’amis dans le monde mystérieux des catacombes. Ce film audacieux traite de thèmes forts comme l’amour, la jeunesse, l’émancipation, la mort et la renaissance.

Michel Mhanna Santoni2

“Avoir tourné avec une équipe internationale a été une super expérience, au-delà de l’enrichissement personnel des connaissances apportées par ces jeunes professionnels venus des 4 coins du monde, c’est le sérieux, le professionnalisme, la prise de risque et le fun de cette expérience qui m’auront marqué. Un scénario et une image travaillée (utilisation de drone pour des plans aériens); c’était un véritable challenge de tourner dans les catacombes interdites au public. Une grande fierté d’avoir participé au 1er projet fictionnel tourné dans les parties interdites des catacombes.”

Michel Mhanna Santoni1Michel Mhanna Santoni4

La Bête” réalisé par Sebastion Guerioune, élève en dernière année à l’ISIS est le second projet récent dans lequel Michel a participé. Il y incarne le rôle de Davide , dealer d’héroïne qui manipulera un ancien champion de boxe pour nettoyer son territoire de ses rivaux….

“Très bonne expérience où j’ai pu tourner avec du super matériel (Sony FX5) et une jeune équipe talentueuse qui se connaissait depuis 3 ans ce qui a permis de tourner dans d’excellentes conditions. Les inspirations du réalisateur m’ont beaucoup séduites : cinéma danois, couleurs pâles, pas d’happy-ending : c’était un projet où je pouvais explorer et jouer librement avec des côtés ‘sombres’ de mon instrument d’acteur. Cela m’a donné envie de continuer d’explorer la noirceur du cynisme humain….pour y retrouver une certaine animalité.”

Deux rôles prenants pour un acteur qui trace sa route … Nous lui souhaitons de nouveaux challenges à venir très très vite !