Léa Issert, héroïne d’un escape-game mortel dans “Alternatum”

Léa Issert, désormais actrice en 2e année, a tourné au mois de juillet un nouveau court métrage, “Alternatum”, déjà trois fois primé en festivals ! 

 

Léa interprète le rôle principal (Solenn) dans ce court métrage de Charlie Luccini. 

Dans “Alternatum”, Solenn est enfermée avec quatre autres personnes dans un jeu d’évasion grandeur nature (un escape game). Ils trouvent un message leur indiquant que du cyanure remplacera l’oxygène de la pièce s’ils échouent.

Une série d’indices est mis à la disposition des personnages. Ils apprennent également que d’autres personnes se trouvent dans une pièce identique et que les premiers à réussir entraîneront l’échec de l’autre pièce.

 

alternatum-2

 

Le réalisateur avait fourni au préalable aux acteurs des “fiches-personnages”, qui ont permis à chacun de comprendre en profondeur leur personnage, puisqu’y étaient listés leur passé, leur cursus, leurs goûts etc.

Léa a beaucoup apprécié cette initiative, qui l’a “fait plonger plus facilement et plus profondément” dans la vie de Solenn.

Particulièrement en retrait, Solenn gère mal les relations sociales en général. Léa a donc cherché à se connecter à cet aspect de sa personnalité. C’est ce qui faisait selon elle que Solenn était “à la fois antipathique et touchante”

Afin d’être nourrie de cela durant le tournage, Léa est volontairement restée à l’écart lors du 1er jour. 

“Je ne voulais pas créer de complicité tout de suite avec les autres acteurs, pour mieux plonger dans la solitude de mon personnage”

 

alternatum-11

 

L’actrice s’est également fait poser des dreadlocks, ce qui l’a encore plus aidée à lâcher prise et à se rapprocher de Solenn.

“Même en dehors du tournage, quand je me regardais dans un miroir, je finissais par ne plus me reconnaître”

Le tournage d’Alternatum s’est déroulé sur 5 jours et réunissait une équipe d’une quarantaine de personnes. 

Une des difficultés résidait dans le fait qu’ils disposaient de peu de temps pour réaliser les 25min du court métrage, avec un certain nombre de plans ambitieux.

 

alternatum-5

 

L’un des challenges pour Léa était aussi de travailler sa diction. Le réalisateur souhaitait en effet que son débit soit beaucoup plus lent. L’une des dernières scènes du film l’a aussi poussée à utiliser des exercices effectués en cours à la Factory, comme la visualisation ou le travail de monologue intérieur.

Deux défis que notre actrice a eu plaisir à relever !

A la fin du tournage, Léa s’était vraiment attachée à son personnage et aurait aimé pouvoir continuer à la faire vivre.

Depuis, Alternatum a gagné trois prix (un en France et deux aux Etats Unis) et continue son chemin en festivals.

 

Pour davantage d’informations sur Léa et ses projets, n’hésitez pas à vous rendre sur sa page pro : Léa Issert