Le Blog de l'actors factory

  • Valentine Courtois s’illustre en femme séquestrée et en bimbo carriériste

    Ces derniers mois, Valentine Courtois a participé à différents projets. Elle revient aujourd’hui sur deux d’entre eux : un court métrage qui dépeint l’envers d’une émission télévisée, et un remake du film “Funny Games”

     

     

    Konata

    Après avoir été silhouette sur un projet de court métrage, Valentine a été recommandée par le réalisateur à celui de “Konata”. Elle a alors rencontré Anton Vandenbogaerde, avec lequel elle a pu travailler en amont sur la composition du personnage qu’elle allait incarner.

     

    “Konata” suit le personnage de Christian Konata. Ce jeune joueur de foot, d’origine ivoirienne, vient de briller lors de ces premiers matchs en club. Fort de cette nouvelle notoriété, il est invité à participer à “Time to Shine”, une émission qui promeut de jeunes talents. Le principe est simple : chaque invité prend place sur un fauteuil et est interrogé sur son parcours et ses opinions sur divers sujets par trois chroniqueurs : Denis, Ralp et Vaness. Konata va découvrir les dessous de l’émission à ses dépens mais est bien décidé à ne pas se laisser faire.

     

     

    val time

     

    Dans ce court métrage, Valentine incarne le personnage de Vaness. Cette jeune fille issue de la télé réalité espère pouvoir devenir chroniqueuse et compte sur cette émission pour asseoir sa notoriété. Bien que semblant artificielle au premier abord, Vaness sait ce qu’elle veut et est déterminée à faire ce qu’il faut pour y parvenir.

    Valentine confie que “le vrai challenge de ce rôle, c’était de ne pas tomber dans le cliché de la bimbo. Même si mon personnage dégage cela, il fallait que je réussisse à le jouer de manière authentique, sans le caricaturer”.

     

     

    Funny Games

    Valentine a également pris part au remake d’une scène du film culte de Michael Haneke. Notre actrice a postulé à un casting, et a été sélectionnée grâce aux extraits d’un court métrage qu’elle avait joint.

    Valentine reprenait donc le rôle de Naomi Watts.

    Dans ce film, une famille bourgeoise, composée d’un couple et de la soeur du mari, est prise en otage par deux jeunes hommes à l’allure angélique. L’accent est mis sur la torture psychologique, davantage que sur la torture physique.

    Les deux jeunes souhaitent ôter tout espoir de l’esprit de leurs victimes. Ils veulent voir cette famille dénuée de tout honneur. Au court d’une scène, le personnage de Valentine tentera un ultime geste, guidé par son instinct de survie.

     

    12900091_10209142248497964_990787651_n (1)

     

    “Ce qui me plaisait beaucoup dans ce projet, c’est qu’il y  avait une vraie recherche sur la nature humaine, et sur les échanges entre les personnages”

    Ce fut un tournage très éprouvant pour la comédienne car la situation impose des émotions très fortes en permanence.

    “Mon personnage est dans un état de désespoir total. Il fallait retranscrire toute cette douleur émotionnelle sans la forcer”

    Le tournage s’est déroulé sur plusieurs jours, et Valentine devait donc parvenir à maintenir les enjeux et les émotions de la scène. Un défi qui lui a beaucoup appris sur l’endurance que doit avoir un acteur en tournage.

     

    Pour davantage d’infos sur Valentine et ses actualités, rendez vous sur sa page pro : Valentine Courtois

    Lire la suite
  • Augustin Brat réalise son premier court métrage au Kino Caen

    Augustin Brat est en deuxième année à l’Actors Factory. Il se fait peu à peu une place dans le milieu du doublage (il a notamment travaillé sur la bande annonce du prochain Tim Burton ). Il y a quelques semaines, il a participé au Kino Caen, et en est revenu avec un court métrage qu’il a réalisé et dans lequel il joue également.

     

    Le Kino consiste à réunir acteurs, réalisateurs et techniciens dans une même ville afin de réaliser des projets en peu de temps (48h, 72h, ou une semaine), qui sont projetés en fin de semaine. A la fin du mois de mars, un Kino avait lieu à Caen, et Augustin Brat y a pris part.

    Alors qu’il s’y rendait en temps qu’acteur, Augustin a finalement réalisé son premier court métrage, “La Dame de Saint Georges”.

     

    “Le kino est tellement créatif que je voulais moi aussi y mettre ma patte et essayer d’être réalisateur.”

    Nelly Uzan est une actrice talentueuse et habituée des Kino. Augustin savait qu’il voulait absolument travailler avec elle : “Son regard, son histoire et son vécu m’inspiraient beaucoup”.

     

    gus dame

     

    Pour ce premier court métrage, notre acteur a voulu rendre homme à une vieille dame dont il s’est occupé pendant plusieurs mois. Il a particulièrement appris sur le recul que peuvent avoir les personnes âgées sur leur propre vie et sur l’attente de leur mort.

    Ainsi, Augustin a voulu retranscrire l’atmosphère d’une personne qui “attend son ticket pour la mort”, comme lui disait la dame sur laquelle il veillait.

    “Le temps était figé chez elle. Une fois que vous êtes invalide, on vous met dans un lit devant une télé et puis vous attendez”.

    Augustin était très touché et frustré de ne pouvoir réaliser le rêve de cette femme, qui souhaitait simplement pouvoir sortir de chez elle et revoir son quartier.

    Ainsi, dans le court métrage, il joue le rôle d’un jeune homme qui s’occupe d’une vieille dame, et qui décide un jour de l’emmener voir la mer.

     

    Il a eu la chance d’être entouré d’une équipe qui l’a bien épaulé dans cette aventure, notamment son chef opérateur Julien Helie, et sa monteuse Arielle Moens.

    L’un des participants du Kino a proposé de tourner dans la maison de sa grand mère : un lieu qui a immédiatement plu à Augustin. Il a alors expliqué à Nelly les tenants et aboutissants de son projet puis tout s’est enchaîné très vite.

     

    gus dame 2

     

    Augustin était stressé : “Les images étaient très claires dans ma tête mais je ne savais pas si j’allais réussir à réellement raconter cette histoire”.

    Cette expérience lui a beaucoup appris sur le rôle du réalisateur : être le chef d’orchestre du projet, s’adapter en permanence, organiser, gérer les imprévus etc.

    Le fait d’être acteur de son propre projet était une difficulté supplémentaire, mais l’intensité du travail fourni et la passion avec lequel il a été accompli rendent le projet aussi réussi que touchant.

    “Je venais en tant qu’acteur, j’en sors avec un film en tant que réalisateur c’est juste incroyable j’en reviens toujours pas”

     

    Nous vous laissons donc découvrir le premier film d’Augustin Brat, “La Dame de Saint Georges” :

     

     

    Pour davantage d’informations sur Augustin et sur ses projets, rendez vous sur sa page pro : Augustin Brat 

    Lire la suite