Le Blog de l'actors factory

  • L’agent Virginie Ogouz en masterclass à la Factory !

     

    Le 28 mai dernier, Virginie Ogouz est venue à l’Actors Factory pour offrir une masterclass aux acteurs du studio.

    Actrice, puis directrice de casting, pour finalement devenir agent, Virginie est revenue sur son riche parcours. Insistant sur “la passion” qui doit toujours être le moteur de l’acteur, elle a ensuite abordé différents thèmes, avec franchise et générosité.

     

    Les photos de book des comédiens ont ainsi occupé une place importante au cours de la rencontre. Elle a rappelé aux acteurs l’importance d’avoir des photos qui leur ressemblent ! Pour étayer son point de vue, elle a donné son avis et ses conseils sur les photos de ceux qui le désiraient.

    Cet échange direct a permis aux acteurs du studio de prendre conscience de la nécessité de renouveler leurs photos régulièrement (tous les 6 mois) ainsi que de savoir mettre en avant sa personnalité et ses atouts.

     

    “A force de regarder les trombinoscopes, les directeurs de casting et les agents finissent par ne plus voir les photos : vous devenez transparents. Vous devez donc impérativement mettre à jour vos photos pour attirer à nouveau l’oeil de ces professionnels.”

    Son analyse des photos aura donné une grande claque aux membres de la Factory. Comme le rappelle souvent Tiffany, être acteur, c’est également savoir gérer sa carrière, sa visibilité etc. Tous ces “à-côtés” doivent être une priorité pour chaque acteur. L’image que l’on renvoie à travers les photos ou les bande démo n’est pas négligeable, et il faut y apporter un soin tout particulier.

     

     

    Concernant les castings, Virginie a expliqué à quel point il était important de ne pas prendre personnellement le fait de ne pas être retenu. Beaucoup de paramètres rentrent en ligne de compte, au delà du jeu de l’acteur, et l’essentiel est de “donner tout ce que [vous avez] à donner”. L’exercice de casting étant toujours sensible et périlleux pour un acteur, les conseils de Virginie ont permis de le dédramatiser et de l’aborder sereinement.

    L’agent s’est par la suite aller au jeu des questions/réponses avec les acteurs : c’est ainsi qu’elle a expliqué sa manière de travailler, son intérêt pour les acteurs, le fonctionnement de son agence pour les auteurs, compositeurs etc.

     

    Elle a également rappelé qu’il fallait à tout prix être “proactif” en tant qu’acteur vis à vis de son agent : un contact régulier avec ces derniers est indispensable ! Il faut être au courant des films qui se montent, des castings qui se tiennent et pouvoir en discuter librement avec son agent.

    Plus tard dans la masterclass, elle a demandé à certains acteurs d’aller sur scène pour s’exercer à la “présentation casting” ou encore à quelques improvisations.

    Les acteurs seront ressortis de cette masterclass secoués mais reconnaissants d’avoir pu être confrontés à une certaine réalité du métier. De nombreuses discussions auront eu lieu, même après le départ de Virginie, pour revenir sur certains points abordés.

     

    Merci à Virginie Ogouz de nous avoir accordé ce moment privilégié, où chacun aura pu se poser les bonnes questions quant à la poursuite de sa carrière. Après avoir fait entrer dans son agence trois actrices de la Factory (Jeanne Bonraisin, Lucia Ceracchi et Leslie Medina), elle a d’ailleurs signé avec un nouvel acteur, Paul Paracini. Nous leurs souhaitons de belles collaborations futures !

     

    Lire la suite
  • Leslie Medina et Mehdi Benali s’associent pour un vernissage au Workshop

    Mehdi Benali et Leslie Medina ont effectué leur formation ensemble à l’Actors Factory. Avec l’envie de produire des projets au sein même du studio, ils ont tourné un petit film diffusé lors d’un vernissage du collectif d’artistes de Mehdi.
    .

    Mehdi organisait une expo photos/videos au Workshop en mai à l’occasion d’un évenement organisé par son crew d’artistes le BangGangClan.

    Il voulait réaliser une video expérimentale à diffuser sur rétroprojecteur pendant la soirée. Son souhait était de faire un film qu’on ne peut pas dater, ni moderne ni vintage, quelque chose de simple, “un moment de vie”.

    Il a alors proposé à Leslie de participer à ce projet. Elle raconte : ” A cette période là Tiffany insistait sur l’idée d’être pro actifs dans ce métier, de ne pas attendre qu’on vienne nous chercher et de créer ensemble: la Facto c’est quand même aussi fait pour ça !”

    Leslie et Mehdi ont donc tourné en 3h, avec plein de plans différents, plein d’ambiances (intérieur/extérieur).  “Mehdi était très inspiré et dès qu’il avait un plan en tête, il laissait tourner la caméra. J’avais une totale liberté autant dans l’histoire que je me racontais que dans les mouvements.”

    Lorsque Leslie a découvert le montage final, au moment du vernissage, elle a été extrêmement surprise et touchée.

    “J’étais d’autant plus touchée par la réaction des gens, dont certains voulaient vraiment revoir la vidéo”

    Cette expérience a permis aux deux acteurs de se rapprocher en tant que collègues et d’avoir envie de tourner de nouveaux projets ensemble !
    Nous vous laissons découvrir leur projet ci dessous :

     

     

    Pour davantage d’infos sur Mehdi, et Leslie, rendez vous sur leur pages pro respectives ICI et ICI.

    Lire la suite
  • Dorcas Coppin, un parcours sans faute !

    Dorcas Coppin achève sa deuxième année à l’Actors Factory. Ces deux années auront été particulièrement riches en projets. Elle revient sur ses derniers tournages : un long métrage, une série et un court métrage !

    .

    La Nuit Je M’Ennuie

    Dorcas interprète l’un des rôles principaux, Irène dans ce long métrage de Jonathan Kluger.

    Le film a bénéficié d’une avant première au cinéma le Balzac, en mars 2015, et sera bientôt disponible sur Internet.

    Dorcas nous explique que son personnage est une jeune étudiante en sociologie, qui a conscience de ses atouts physiques et qui n’hésite pas à s’en servir. “Elle a l’habitude d’avoir tous les hommes qu’elle veut, surtout des hommes plus âgés, et elle les mène par le bout du nez.”

     

     

    Lorsque l’une de ses conquêtes, Richard, va se détourner d’elle après une nuit passée ensemble, Irène est complètement déstabilisée. Elle va alors tout mettre en oeuvre pour le séduire à nouveau et se montrera sous un jour beaucoup plus fragile que ce qu’elle laissait paraître auparavant.

    Dorcas avait déjà eu l’occasion de tournée dénudée dans un précédent projet dont nous vous avions parlé (One night). Cette peur de la nudité à l’écran n’était donc plus vraiment présente. Le vrai challenge était de trouver cette toute puissance séductrice, couplé à un côté enfantin, mutin.

    L’actrice a pu bénéficier de cours avec un chorégraphe (Hakim Ghorab), qui lui ont permis “d’apprendre à utiliser chaque partie de [son] corps, pour séduire, en utilisant l’espace dont [elle] disposait.”

    Dorcas a également beaucoup travailler pour trouver cette puissance en elle : créer une playlist de musiques qui lui confèrent ce sentiment, faire beaucoup de sport (“pour être bien dans mon corps et dans ma tête”) etc.

    Selon elle, la clé du personnage se trouvait dans le fait de “séduire sans jamais pouvoir être attrapée”. Son partenaire, Samuel Le Bihan, lui a permis de jouer dans le lâcher prise et en totale confiance. Cette expérience de jeu avec lui aura été “un très bel échange”, une rencontre qu’elle n’oubliera pas !

    .

    En Famille

     

     

    Depuis la saison 3 de la série de M6, Dorcas joue un petit rôle récurrent avec le personnage de Linda. Cette dernière est une amie de Chloé, l’un des personnages principaux. Le personnage de Dorcas est “espiègle et maligne” et joue du fait qu’Antoine (le grand frère de la famille) soit amoureux d’elle.

    Rappelons que Yoli Fuller, autre acteur de l’Actors Factory, joue aussi dans cette série, et y interprète le meilleur ami d’Antoine.

     

    Nightcall

    Ce court métrage est réalisé par Pierrick Rolland dans le cadre de sa formation à l’école Louis Lumière. Il sera diffusé dans les semaines à venir.

    Dans ce film, on suit l’histoire de Julie et de Benjamin. Amis de longue date, ils se retrouvent après un an d’absence de Benjamin, dû au décès de son frère. Dès lors, une tension amoureuse et sexuelle se dévoile. Mais les profondes blessures du jeune homme vont compliquer la relation entre ces deux jeunes adultes.

     

     

    D’emblée, Dorcas nous affirme que ce fut “un réel plaisir” de travailler sur ce projet. Le professionnalisme de l’équipe technique lui a particulièrement plu ; aussi, le rôle qu’elle avait à défendre et l’univers du film l’ont vraiment intrigué.

    Elle insiste sur la fluidité avec laquelle s’est déroulé le tournage, notamment grâce à son partenaire Roberto Calvet. Celui-ci a d’ailleurs intégré la formation à la Factory suite à ce tournage.

    “Roberto est un partenaire génial, avec qui la connexion s’est faite immédiatement !”

     

    Pour davantage d’infos sur Dorcas et ses projets, rendez vous sur sa page pro en cliquant ICI

    Lire la suite
  • Portait de pauline fritsch, actrice de l'actors factory, dirigée par la coach américaine tiffany stern, paris

    Pauline Fritsch fait vibrer la FIAC

     

     Orchestrées par l’artiste Alexandra LOEWE , Pauline a donné les performances inédites  “En Voix Y Âge” et “Akiko” au Parcours Saint Germain – parcours VIP de la FIAC ainsi que dans des ateliers d’artistes parisiens.Ces performances interrogent particulièrement l’aptitude du langage à exprimer émotions et sentiments.Langage parlé mais aussi signé, chanté, soufflé, murmuré, crié, bruité, plastique, langage corporel, musical, au violon…

     

     En Voix Y Age

    Avec En Voix Y Âge il s’agit d’une lecture par Pauline des partitions d’Alexandra dont les notes ont été tracées par les pérégrinations de gouttes d’encre soufflées sur papier.

    C’est l’interprétation de la musicienne certes mais aussi la parole de l’artiste car elles ont bâti ce langage ensemble.

    « Notre travail a été très théâtral. Selon ce qui se dégageait de chaque Encre, nous avons choisi des correspondances possibles pour laisser une place encore un peu plus grande à l’imaginaire. Une telle occasion de tout créer ne se refuse pas!

     

    photo Blaise Arnold

     

    Moi qui suis si habituée à interpréter les partitions déjà minutieusement écrites par les compositeurs du passé et du présent, c’est un vent de liberté et d’émancipation qui souffle sur cette performance!”

    Aléa, destiné, soupir, serment, déploiement, hallucination, déboitement, chute, liberté, manière, harmonique, astres : autant de mots qui ont invité le public au voyage

    “Nous aurions pu en choisir d’autres oui, le voyage aurait été encore différent…mais il reste toujours 88 pages à interpréter! ”

     

    Alexandra Loewe , 2007 / Encre sur Partition / Série de 100 Dessins

     

    Un langage sans limites aucune: raclé, soufflé, bruité, chanté, frappé, effleuré, mouvementé, libre…alliant le souffle, la voix et le violon.

    Cette performance est un voyage de la voix au sens émotionnel du terme, une réflexion poétique sur l’expression et sa perception à travers différents médiums.

     

    Akiko

    Akiko est une série de 101 a-haïkus érotiques (poèmes libres d’Alexandra inspiré des tercets japonais )  écrits pour plusieurs comédiennes-trois au minimum et pouvant aller jusqu’à 101 maximum.

    Habillées de kimonos laiteux, visages masqués de blanc, au gré de leurs déplacements, les geishas glissent délicatement à l’oreille des spectateurs les a-haïkus -à la fois pudiques et terriblement explicites- relatant les aventures d’Akiko.

    À chaque parole achevée, les comédiennes se livrent aux geste et aux regards symboliques, laissant place à la méditation et au désir, aux yeux de tous et cependant de manière intime, au sein d’un tableau vivant.

    Les quatre comédiennes, à l’image d’Akiko, exultent la sensualité, la réserve, le savoir-faire…Elles sont, profondément japonaises.

     

    photo Blaise Arnold

     

    Les geishas sont littéralement des « personnes qui pratiquent les arts ». Avec excellence Akiko mêle deux d’entre eux : l’art de la poésie et celui de la séduction.

    À Pauline on confie aussi l’art de la musique.

    Sonorités crées sur les splendides céramiques d’Alexandra à l’aide de roulements résonants de billes dans des bols petits et grands, de tintements et crissements de piques, claquements de piques explosées sur la scène sous les regards pétrifiés du public mais celui impassible de la geisha…

    Les comédiennes qui accompagnent Pauline sont Agathe L’Huillier, Mireille Roussel et Sarah Vermande.

    .
    Pour davantage d’infos sur Pauline et ses projets, rendez vous sur sa page pro en cliquant ICI

    Photos Blaise ARNOLD   blaisearnold.net  et  site web de l’artiste :   http://alexandraloewe.com

    Lire la suite