Le Blog de l'actors factory

  • Marthe Guérin Caufman dans “Les Adieux à la Reine”

    Marthe Guérin Caufman est à l’affiche du dernier film de Benoit Jacquot, Les Adieux à la Reine, où elle incarne Alice, une des femmes de chambre de Marie Antoinette.

    Dans une interview de Binh pour le blog www.etreacteur.fr, elle partage son expérience sur ce tournage et sa manière d’aborder le rôle. Cliquez ici pour voir l’interview de Marthe.

    actors factory, marthe guerin caufman2

    actors factory, marthe guerin caufman1

    Lire la suite
  • Vu dans la presse : GALA N°936 du 18 mai 2011

    “Louise Chabat : une actrice à suivre !

    Après une dizaine d’apparitions dans des courts métrages (dont Mages d’Anton Solnitzki, présenté au Short Film Corner de Cannes l’an dernier), de clips (Un Smic au black de Dog Gynéco) et de films (Le marsupilami), Louise fait ses premiers pas au théâtre dans une enquête policière déjantée, Les zexperts (mise en scène par Olivier Maille) à l’Alambic Comédie. Dans son rôle de scientifique sexy allumeuse et un peu godiche, Louise est hilarante. A 22 ans, la jeune comédienne (formée par la coach américaine Tiffany Stern) a hérité du talent comique de son papa (Alain Chabat). Nul doute que ses beaux yeux bleus feront chavirer plus d’un réalisateur!”
    Lire la suite
  • Actualité de Claire Hoffmann !

    Cela fera bientôt un an en Avril que Claire Hoffmann, en parallèle de sa formation à l’Actors Factory, enchaîne les expériences sur divers courts-métrages. Elle revient vers nous pour nous partager ses impressions.

    Tout d’abord en juillet 2012, Claire tourne dans le court métrage « L’homme au râteau d’or » réalisé par Steve Kreistler, également membre et collègue de l’Actors Factory. Utilisant tous deux la même méthode de travail, le résultat n’en fut que plus productif et positif.

    En effet, Claire nous raconte qu’Aléric respectait ses temps de préparation et a su l’accompagner sur certains passages. Elle se rappelle plus précisément une scène difficile où elle devait éclater en sanglot au début d’une prise. Alors que Claire faisait face à un blocage et à une pression grandissante, Aléric lui a proposé un exercice de répétition basé sur des circonstances imaginaires quasi-identiques à la situation de la scène. Le résultat fut là. Claire a su se libérer et vivre naturellement la scène, jusqu’à improviser et proposer de nouvelles idées.
    (Nous reviendrons sur le sujet dans un prochain article dédié aux impressions d’Aléric)

    En décembre dernier, elle apparaît dans le court-métrage « Papa m’a tuée » de Romain Gomes et Kevin Cattan où elle joue l’amie d’un homme dépressif. À partir d’une seule réplique, Claire cherche avec l’aide de Tiffany et de ses collègues les pistes intéressantes pour créer l’univers autour de ce rôle. Partant du fait qu’elle voulait être aimée, la motivation de son personnage s’est étoffée d’une réalité plus complexe : cette femme cherchait à retrouver le contrôle sur la vie de cet homme en perdition.

    « C’est passionnant pour cela le métier d’acteur : avec une simple phrase, pouvoir créer un être humain, avec tout son environnement ». Claire Hoffmann

    Toujours en décembre, elle joue dans un clip du groupe « Hyphen Hyphen » où des femmes organisent un ‘Fight Club’. Là, Claire rencontre des conditions de tournage plus difficiles lorsqu’en plein hiver dans un parking ouvert elle passe la journée vêtue d’une simple veste en cuir. Mais le
    concept du tournage était motivant, comme l’expérience de répéter des séquences de combats face à une championne de taekwondo, se retrouver couverte de sang et emplie de haine à chaque prise , ou finir avec un joli bleu au visage. Une belle aventure…

    Début 2013 elle continue les seconds rôles passant d’une femme défunte dans « Elle était » de Schmidt Basile, à une situation d’adultère qui dégénère dans « Couper » de Lucile Tronczyk et Angèle Buffin.

    C’est en Avril dernier que Claire joue dans « Alice au lavomatic », une vidéo pour le concours « Tranche de vie » proposé par Akuentic, de Jérôme Lenfant, Camille Goré, et Anys Benali. Leur imaginaire les aura amenés à propulser des gens ordinaires évoluant dans un lavomatic à se retrouver dans le monde d’Alice au Pays des Merveilles.

    Depuis, Claire H a participé à un atelier d’écriture de scénario proposé par la Facto, quant à ses projets à venir , nous ne manquerons pas d’en parler.

    So.. , Stay in touch !

    Paul Paracini

    Lire la suite
  • Sisak dans “Lagrimas Negras”

    Lors de son dernier tournage, les 19 et 20 mars 2013 , Sisak revient sur son rôle dans « Lagrimas Negras » réalisé par Pierrick Rolland de l’école Louis Lumière de la Cité du Cinéma.

    Encadré par une équipe de qualité composée d’élèves et de professeurs de l’école, le tournage se déroulait dans un studio aux allures d’appartement spécialement conçu pour le cinéma.

    L’histoire du personnage incarné par Sisak est celle d’un homme basculant de l’amour à la folie en commettant un crime passionnel qu’il cherche vainement à réparer.
    Un rôle difficile donc, profond et intense, mêlant la jalousie maladive et l’amour destructeur, que Sisak a travaillé et préparé lors de coaching privés avec Tiffany Stern pour notamment trouver la motivation intérieure qui le pousse à tuer.

    « J’ai particulièrement apprécié le coaching avec Tiffany pour mieux comprendre comment peut naître et grandir cette folie chez mon personnage » Sisak

    Un scénario intéressant et bien écrit accompagné de références cinématographiques, de musiques traduisant l’atmosphère, d’une jolie note d’intention , le tout encadré par une équipe professionnelle… L’opportunité que tout acteur recherche.

    Paul Paracini

    Lire la suite
  • Interview de stagiaires du stage d’hiver – Prochain stage en juillet !

    Le prochain stage intensif d’été de l’Actors Factory se déroulera du Lundi 8 au Samedi 13 juillet 2013.

    Découvrez l’interview de stagiaires du stage intensif d’hiver :

    Pendant le stage, vous découvrirez notamment :

    – Comment surmonter les obstacles qui vous empêchent de vous exprimer avec authenticité;

    – Comment écouter et réagir avec votre partenaire avec spontanéité dans le moment présent;

    – Comment créer une vraie connexion avec vos partenaires;

    – Comment analyser un texte pour construire l’histoire de votre personnage;

    – Comment vous préparer émotionnellement pour être immédiatement dans la justesse de la scène;

    – Comment lâcher-prise et vous laisser guider par vos instincts;

    – Comment être à l’écoute de votre instrument.

     

    Ce stage vise à libérer votre instrument afin de vous permettre d’être vrai !

    INFOS PRATIQUES :

    Date du lundi 8 juillet au samedi 13 juillet 2013
    Horaires de 18H30 à 22H30 du lundi 8 au vendredi 12 (inclus)
    de 11H à 18H le samedi 13 avec une pause d’une heure
    Lieu 12 rue Général Guilhem, Paris 11 ème
    Tarif 365 € TTC et 30 € TTC pour frais d’inscription
    Tarif pour les élèves d’Actors Factory 290 € TTC
    Clôture des inscriptions mercredi 3 juillet 2013

    Pour vous inscrire ou obtenir plus d’informations :

    Votre nom (obligatoire)

    Votre prénom (obligatoire)

    Votre email (obligatoire)

    Votre numéro de téléphone (obligatoire)

    A quel stage souhaitez-vous vous inscrire ? :

     Avril 2019

     Juillet 2019

     Septembre 2019

    Comment avez-vous connu l'Actors Factory ? :

    Autres informations :

    Lire la suite
  • Clément Giren dans deux courts métrages !

    Acteur du groupe studio de la Factory, Clément Giren fait partie de ces acteurs au charme énigmatique qu’on ne se lasse pas de regarder.

    Bonne nouvelle, nous pourrons apprécier son talent très prochainement dans deux courts-métrages : Jugement de Rémi Brion (en cours de montage) et Puffy de Raphael Biss… Ce dernier a notamment été sélectionné au Shortfilm Corner du Festival de Cannes 2013.

    À propos du tournage, Clément raconte d’ailleurs avoir été confronté à un timing assez serré pour un rôle dont la densité l’obligeait pourtant à se préparer émotionnellement avec précision ; rapidité et efficacité donc, de quoi faire le bonheur de toute équipe technique.

    Au sujet de Jugement, c’est principalement le lieu de tournage qui aura marqué Clément. C’est effectivement dans le très fréquenté métro parisien que se déroule l’action du court-métrage. Un tournage au cœur de la vie parisienne, avec une confrontation directe à de vrais passagers, tous surpris par le personnage joué par Clément! On a hâte de voir le résultat ! En attendant, une photo making-of pour faire grimper le suspense :


    Lire la suite
  • Un atelier dessin chaque dimanche à l’Actors Factory

     

    Être acteur nécessite une ouverture d’esprit et une créativité aiguisée. Les sens de l’acteur sont son instrument de travail et il est indispensable de les cultiver au quotidien. La vue est le sens que nous utilisons le plus souvent. La visualisation est une capacité essentielle à un acteur qui doit constamment exercer sa vision et sa capacité à replacer à l’extérieur une visualisation interne.

    L’Actors Factory met gratuitement à disposition son studio chaque Dimanche pour un atelier de dessin d’après modèle vivant organisé par un des acteurs de la maison. C’est l’occasion pour les acteurs de la Factory d’élargir leur rapport à l’autre et à développer une fibre créative supplémentaire.

    Le dessin d’après modèle vivant permet de développer le sens de l’observation, d’avoir un autre rapport au corps de l’autre, et par conséquent de développer un autre rapport à soi-même.

    Tous les niveaux sont réunis et chaque participant peut se voir évoluer à travers le dessin dans une ambiance décontractée et conviviale.

    Voici quelques images :

    Test livre d'or

     

     

     

     

    Lire la suite
  • Oswald Da Cruz et Romy-Alizée Pantelidis posent ensemble pour Pierre Leblanc

    28/01/2013

    Oswald Da Cruz et Romy-Alizée Pantelidis posent dans le projet “Intérieurs” de Pierre Leblanc.

    Lire la suite
  • « Les passionnés soulèvent le monde, et les sceptiques le laissent retomber. » Albert Guinon

    La Rencontre entre Philippe Landoulsi et les élèves de l’Actors Factory

    À la faveur d’un cours ouvert un vendredi soir de décembre, Philippe Landoulsi est venu ‘incognito’ nous observer faire nos gammes. Ni une ni deux, au mois de Mars, celui-ci a bien voulu revenir pour nous rencontrer et se prêter au jeu des questions-réponses.

    Découvrant que nous étions face à un réalisateur dont l’expérience s’étendait outre-atlantique, et surtout qui avait concouru à la création de la classe face Camera des cours Florent en 1985, notre curiosité s’en est trouvée affûtée. Vous-même pourrez constater son expérience en cliquant ici pour retrouver sa bio.

    Ce fût donc d’un pas décidé que Philippe Landoulsi se dirigea vers le fauteuil. Celui-là même habituellement réservé au seul usage de Tiffany et qui fut, pour l’occasion, prêté à notre special guest. Autant vous dire que nous étions tous honorés de sa présence.

    Chacun s’était d’ailleurs au préalable, confortablement installé dans la salle afin d’être aussi disponible et connecté à Philippe que nous aurions pu l’être avec Tiffany lors d’un cours.

    À peine assis, Philippe promena son regard sur l’assistance, pris une bonne inspiration et lança non sans un certain bagout : « Alors qu’est-ce que vous voulez savoir ? »

    Le décor était planté, la glace brisée, et la première question ne tarda pas à fuser.

    actors factory, rencontre

    « Qu’est-ce qui vous a intéressé dans ce que nous faisons ici à l’Actors Factory ? Qu’est-ce qui vous a fait revenir nous rencontrer ? »

    Philippe partagea aussitôt avec nous sa vision de l’acteur : enlever le masque, retrouver sa vulnérabilité, utiliser sa personne entière comme d’un instrument, un « violon » et faire ses gammes pour mieux l’accorder. Tout ce qu’il a pu observer lors du cours ouvert.

    De notre assise, nous comprenions, ô révélation, que nous étions face à un réalisateur ayant apprivoisé le langage de l’acteur organique; ceci nous promettant un échange d’autant plus fluide.

    Il nous avoua ensuite, nonchalamment, et avec la franchise caractérisant nettement l’homme, qu’il nous avait trouvé ridicule dans l’expulsion de certains de nos états. Même si, ajouta-t-il, le propre de l’acteur est qu’il n’ait pas peur du ridicule.

    La réponse dans l’assistance fut aussitôt pédagogique : le travail de gammes, et notamment la déroute des expulsions, permet à l’acteur de partir du ‘grand’ pour qu’à force de pratique, il arrive à les réduire jusqu’à contenir ses états et les faire apparaitre sur son visage par le biais de micro-expressions.

    actorsfactory-rencontre-avec-Philippe-Landoulsi4-620x620

    Philippe acquiesça. Il enchaîna sur sa propre expérience de comédien. Il ne se présenta aucunement en tant que tel mais a eu le plaisir d’endosser des petits rôles dans des films que faisaient les copains. Il différencie ainsi le stress, du trac. Il jouissait en effet de cette liberté de celui qui n’a rien à prouver excluant toute notion de stress ou de pression quant au retour sur sa prestation. « Tu dois te permettre d’être ridicule et sans jugement, oubliez l’ego ! ». Ce qui, selon lui, lui autorisait d’être net et direct dans son jeu, pour lequel une seule prise suffisait à le mettre dans la boite. C’est à partir de ce moment-là qu’on le surnomma Monsieur One Shot.

    Sur la direction d’acteur, il affirme que l’on «ne dirige pas un acteur». On l’amène là où on veut qu’il aille, sans qu’il s’en aperçoive. Il fit le parallèle avec les formations d’acteurs.

    Comment former/enseigner à être ? Ce sont des indications, des pistes, mais jamais des directions fermes. L’art du coach et non de l’enseignant.

    À ce moment précis, avec nous, vous auriez pu voir Philippe et Tiffany acquiescer de concert.

    Philippe insista également sur la nécessité de l’acteur de continuer à s’entraîner. Tiffany l’approuva aussitôt en lui expliquant que tous les élèves, y compris les ‘anciens’ faisant partie du studio, reviennent faire leur gamme à l’occasion des cours ouverts, deux fois par mois.

    Si Philippe nous interpella ensuite pour comprendre ce qui nous pousse à exercer le métier d’acteur, c’est qu’aussi pour lui, le Cinéma est affaire de passionnés.

    actorsfactory, rencontre 3

     

    L’échange, vous l’aurez compris, se fit donc en toute simplicité. Philippe rebondissant sur ses expériences, en France, outre-atlantique, en Russie, et  nous relatant le professionnalisme de chaque culture dans l’exercice de nos métiers.

    Et ce fût bien après trois heures de discussion à bâtons rompus, la gorge sèche de Philippe, malgré la bouteille d’eau épuisée, nos vessies pleines et nos membres engourdis, que nous décidâmes de ne pas nous dire adieu mais au revoir.

    Enfin, si nous devions retenir une citation sur sa venue, cela serait certainement celle que nous, élèves à la Facto avons eu cœur à entendre… La Chance, c’est lorsque l’opportunité rencontre la préparation…

    Lire la suite
  • Interview des stagiaires du stage intensif d’hiver 2013

    Chaque stage est une expérience unique lors de laquelle les différents participants se livrent et créent ensemble une ambiance et une expérience inoubliable. La qualité d’un stage est fonction de la qualité et de la synergie des participants, c’est pourquoi Tiffany Stern sélectionne rigoureusement les participants à ses stages.

    Le résultat est un stage intense où chaque individu est amené à se livrer, à se lâcher, et à dévoiler ces parts de lui-même qui feront de son passage sur scène un moment inoubliable.

    Regardez et écoutez ce retour d’expérience de deux stagiaires :

    Lire la suite