L’histoire du format de films Super 8

  • Publié
  • Publié dans information / high-tech
  • Mise à jour
  • 3 minutes de lecture

Les techniques appliquées à l’audiovisuel évoluent de façon constante. Le format vidéo s’est beaucoup amélioré au cours des vingt dernières années. Du format numérique sur bande magnétique, on passe désormais au format HD ou encore 4K, offrant des résolutions de plus en plus importantes. Mais qu’en est-il des formats vidéo d’il y a 50 ans de cela, à l’époque des bobines Super 8 pour être exact ? C’est sous ce format que l’on pouvait pour la première fois accéder à la vidéo en couleur. Il convient de connaître un peu son histoire.

Le format de films Super 8 : une histoire de longue date

Avant de parler du format Super 8, il convient de parler un peu du format Normal 8, à l’origine de l’histoire des formats vidéo 8 mm. Le Normal 8, aussi appelé Standard 8 aux USA, a été lancé par la société Kodak en 1932. Celui-ci permettait de regarder des vidéos en noir et blanc. Il était présenté sous la forme d’un « Double 8 », c’est-à-dire un film de 16 mm de large à deux rangées de perforations. Jusque dans les années 50, les films distribués étaient en noir et blanc.

Dans un objectif d’améliorer son système Normal 8, la société Kodak élaborait le Super 8, lancé en 1965. Celui-ci avait provoqué l’envol du cinéma amateur. Contrairement à son prédécesseur, le format Super 8 permettait de regarder des images documentaires en couleurs. La qualité de l’image est donc bien meilleure qu’avec le Normal 8. Les perforations sont plus petites, ce qui permet d’obtenir des images de qualité. Aujourd’hui, le Super 8 existe toujours. Si vous êtes l’heureux propriétaire de ce vieux format vidéo, sachez que vous pouvez opter pour une numérisation de films Super 8 par un studio vidéo professionnel pour conserver les contenus le plus longtemps possible.   

Le format de films Super 8 : zoom sur les caractéristiques

films Super 8 : zoom sur les caractéristiques
films Super 8 : zoom sur les caractéristiques

Comme susmentionné, le format Super 8 était une version améliorée du Normal 8. Il exploitait la même largeur (8 mm) que son prédécesseur. En revanche, les perforations du Super 8 étaient plus réduites, ce qui permettait d’augmenter la largeur de l’image d’environ 40%, soit une largeur de 5.69 mm et une hauteur de 4.22 mm, contre 4.9 mm et 3.6 mm pour le Normal 8. Le Super 8 pouvait diffuser des films en 18 ou 24 images par seconde, pour une durée pouvant varier entre 2.30 min à 3.20 min selon la vitesse d’enregistrement.

La bande du format de films Super 8 est de couleur marron en bas ou/et en haut de la pellicule. Le film était proposé dans des chargeurs en plastique étanche à la lumière. Sur le marché, on trouvait deux versions de format Super 8 : une muette et une sonore. Il était possible d’enregistrer du son avec ce format grâce à l’incorporation d’une piste magnétique le long du film. Côté dimensions, le Super 8 est plus grand que le Standard 8. La bobine contient 15 m de film.      

La baisse des prix des pellicules, des caméras et des projecteurs permit le développement du format Super 8. Quelques années plus tard, Kodak lançait des chargeurs 60 m destinés aux caméras Nizo 6056 6080, les Beaulieu et Elmo. Les appareils de lecture se sont donc perfectionnés et divers films couleurs se sont succédés sur le marché comme le Sigle 8 de Fujifilm.

L'histoire du format de films Super 8