Interview de Tiffany Stern par Florine Clap/Actors Factory – Juin 2013

D’où vient cette passion pour le jeu d’acteur ? 

Ca fait tellement longtemps que je ne m’en rappelle pas (rires) ! Mes parents ont toujours dit que j’étais née avec la fibre artistique. Il paraît que petite au lieu de parler je chantais !

Maintenant quand je vois la sensibilité de mon fils de quatre ans, je comprends comment je pouvais être au même âge !

Où et comment avez-vous été formée comme actrice ?

A l’âge de 4 ans, j’ai commencé à travailler non-stop dans différentes compagnies. La plupart du temps, j’étais la plus jeune ! Depuis, on me surnomme « the Kid ». Still today ! (rires). Naturellement, les autres acteurs, tous plus âgés, me faisaient part de leurs expériences de la scène, de leurs tournages, de tout ce qu’ils avaient appris, des erreurs qu’ils avaient faites… Ils me coachaient en quelque sorte ! Grâce à cette éducation artistique intense, j’ai eu la chance de grandir plus vite que d’autres ! Si je coache aussi facilement c’est grâce à tout ce mélange de sensibilités, de personnalités, de méthodes et d’ingrédients (rires) !

Dans mon adolescence, j’ai fait plusieurs écoles, notamment The Alliance Theatre d’Atlanta, où j’ai gagné une bourse comme « Young Talent of the year ».

Ensuite, j’ai eu la chance d’être sélectionnée parmi des milliers d’acteurs au fameux programme « Special talent » à Penn State University.

J’ai fini ma formation dans la master class de Michael Howard à New-York, un des plus grands maîtres de jeu, qui ne travaille qu’avec des professionnels.

Je pense qu’aujourd’hui ma capacité de coacher et de comprendre si profondément les différents processus de mes élèves vient de ce cheminement si varié de formations et d’expériences.

Je me suis tant nourrie depuis toutes ces années aux côtés de personnalités si riches et talentueuses!

Aujourd’hui, je suis heureuse de transmettre à mon tour à mes élèves.

Quel est votre parcours ?  

En plus du jeu, j’ai appris très jeune à danser au Seattle ballet, une grande compagnie de danse. J’ai été très vite repérée dans un des spectacles du ballet pour jouer dans «The sound of music ». Après cette expérience, je suis devenue accro de la scène et je ne pouvais faire autre chose que de jouer ou de danser – autrement c’était la dépression assurée ! En quelques sortes mes parents n’avaient pas le choix (rires) !

Au début, j’ai fait beaucoup de comédies musicales. Puis, j’ai commencé à jouer pour la télé et le cinéma quand j’ai eu un grave accident de voiture qui a violemment interrompu ma carrière.

Pourquoi êtes-vous venue en France ? 

Je suis tombée amoureuse d’un français, qui, depuis, est devenu mon mari. Il m’a fait découvrir la France et pour moi ça a été un deuxième coup de foudre, une révélation : je voulais construire ma vie ici. J’adore la France et je m’estime très heureuse de vivre et de travailler avec des jeunes acteurs français.

 Comment et pourquoi êtes-vous devenue coach d’acteurs ? 

Après des années de convalescence, je me suis posée la question : est-ce que je pouvais jouer en français ? Est-ce que je pouvais reprendre une carrière d’actrice en France ?

C’est à ce moment là que je me suis inscrite dans une des plus grandes écoles privées de Paris. Je prenais le temps de me remettre dans le bain de l’acting et surtout d’apprendre à parler français ! Mais très vite je me suis rendue compte que j’avais beaucoup à partager de mon expérience aux autres élèves, et c’est comme ça que spontanément, j’ai commencé à coacher.

Mon destin était là!

Par la suite, le directeur m’a proposé d’enseigner. Et c’est comme ça que tout a commencé.

Pendant huit ans de coaching dans cette école, j’ai eu le temps d’observer les jeunes acteurs français. Je me focalisais sur leurs blocages, leurs malaises, pour peu à peu mettre en place une méthode qui répondait exactement à leurs besoins et à leur mentalité.

 Qu’est-ce qui vous a poussé à créer votre propre studio ? 

J’ai vite été frustrée par les conditions d’enseignement qu’offrait cette école.

Plusieurs choses m’ont limitée dans mon enseignement : on ne voyait les élèves qu’une fois par semaine (4h). Sans sélection, le niveau d’un élève à l’autre était très variable. L’ambiance n’était pas saine ; je sentais la jalousie, le jugement entre eux, ce qui était un handicap pour le groupe. Certaines règles de l’école ne me semblaient pas du tout adaptées aux conditions dont j’avais besoin pour coacher…

J’avais l’impression de voir clairement les dysfonctionnements d’un centre de formation et bien entendu, je me suis appliquée à ne pas les reproduire dans mon studio.

Pour répondre aux demandes de coaching privé, j’ai ouvert une petite entreprise de coaching. Ca marchait très bien et j’étais de plus en plus sollicitée. Mais les cours particuliers n’offrent pas le même potentiel que les cours collectifs, avec un groupe que l’on suit régulièrement. Ce qui me contrariait aussi c’était de coacher des jeunes qui malheureusement étaient souvent très mal formés et qui n’avaient aucune éthique solide de travail – il fallait souvent repartir à zéro !

A cet instant, j’ai décidé de réunir un groupe d’élèves et j’ai commencé à travailler avec eux, selon mes règles, ma méthode et l’ambiance que je désirais créer. Ca a tellement bien marché que mes élèves m’ont soutenue dans le projet d’ouvrir mon propre studio !

C’est comme ça que le projet du studio a pris naissance.

Au-delà de tous ces constats, je ressentais un énorme potentiel de jeunes talents en France et je regrettais de voir autant de films étrangers envahir la TV ou le cinéma. En voulant ouvrir un studio d’acteurs, une maison d’artistes avec une forte identité artistique, une formation d’excellence, des projets créatifs et audacieux, je désirais contribuer à ma manière au rayonnement culturel français.

Qu’est-ce qui différencie votre studio des autres écoles parisiennes ?

Dans mon studio je ne voulais rien de superficiel, ni de « bordélique », ni de contradictoire dans l’enseignement (risque possible quand plusieurs professeurs enseignent sans véritablement accorder les méthodes).

Je voulais avoir du temps en tant que coach et travailler dans des conditions optimales. J’ai donc mis en place une méthode rigoureuse et un ensemble de conditions pour donner à l’acteur une formation de haute qualité.

Premièrement, je sélectionne tous les élèves du studio sur plusieurs critères : leur potentiel artistique et leur désir de travailler en collectif. En collectif mais pas en sur nombre ! Dans le studio, il n’y a que deux groupes de 20 personnes et le Groupe Studio (nos anciens élèves).

J’essaie de faire mon maximum pour contrôler l’ambiance. Pas de jugements, pas de jalousies dans le studio : on travaille dans un esprit professionnel, solidaire et FUN.

Et ça marche (rires) ! Ces résultats si positifs résultent d’une communication saine et authentique, (clef de voûte de mon travail) et d’un ensemble d’efforts. Dans le studio, les élèves ont accès à une cuisine et un salon dans lequel ils peuvent manger, boire leur café, discuter, écrire… être ensemble !

Aussi mes élèves sont traités comme des professionnels, d’ailleurs la majorité d’entre eux tournent pendant leur formation. Entre nous, on ne parle pas d’ « élèves » mais bien d’acteurs en formation, et je ne suis pas une prof, mais leur coach. Mais surtout la grande différence avec les autres écoles c’est que nous sommes vraiment une famille artistique, c’est-à-dire, qu’après leur formation, mes acteurs ne quittent pas le studio. Ils continuent à s’entretenir dans le cadre du Groupe Studio et participent à toutes les activités de la maison. Ce qui est énorme ! Dans ce business, il y a beaucoup de solitude… J’ai vu des élèves avec un énorme potentiel perdre totalement confiance en eux une fois sortis de l’école, et personnellement je n’aurais pas toléré ça dans mon studio !

« Il faut un village pour élever un enfant », raconte un proverbe africain.

Le studio d’acteurs est aussi une maison d’artistes ! Nous organisons divers ateliers, comme des ateliers d’écriture, de peinture, de méditation etc…

Toute initiative artistique est encouragée ! Nous sommes là pour nous nourrir artistiquement et intellectuellement, toujours ouverts sur l’extérieur, désireux de rencontrer toujours plus d’artistes ! I Hope to attract other freaks like me (rires).

 Quelle est votre méthode de travail ? 

J’ai développé ma méthode d’après mes expériences d’actrice et d’après ma compréhension de la culture française.

Aussi j’ai la chance d’être dotée d’un grand sens de la psychologie, ce qui m’aide à suivre mes acteurs dans leur processus de travail.

L’acteur doit avant tout prendre soin de son instrument (sa personne entière). J’attends de mes acteurs, une hygiène de vie irréprochable.

L’échauffement avant chaque séance est très physique pour ces mêmes raisons.

L’objectif pour un acteur est d’être vrai, de vivre authentiquement dans les circonstances imaginaires d’une scène.

Un certain nombre d’exercices basés sur la disponibilité, la connexion à l’autre, l’ouverture émotionnelle, permettent à l’acteur de se connecter à son partenaire de jeu et de pouvoir atteindre une palette émotionnelle riche.

Mais l’objectif est d’y arriver d’une manière facile, fluide et fun ! 

Etes-vous fière de vos acteurs ?

Oui et non (rires) ! Ca dépend des jours… Ca dépend des jours, car j’ai de très hautes attentes envers mes acteurs. Ce qui compte avant tout, c’est leur développement personnel et professionnel. Je suis heureuse quand je les vois s’épanouir, s’embellir, grandir, rayonner après un long processus de travail. Là, oui je suis comblée et l’objectif est atteint.

Evidemment je suis fière de les voir sur grand écran au cinéma ! Récemment, j’ai eu le bonheur de voir en avant-première notre Karim Ait M’Hand dans un des premiers rôles de la Crème de la Crème de Kim Chapiron. Ces soirées sont importantes pour moi : j’y vois l’accomplissement d’une partie de mon travail.

 Arrivent-ils à s’intégrer sur les plateaux du cinéma français ?  

Oui, après seulement trois ans de studio, mes acteurs travaillent sur des tournages, pièces de théâtre, des clips, des pubs … Le mois dernier (mai 2013), j’ai compté 25 projets dans lesquels mes acteurs ont joué !

Mais ce qui est le plus encourageant c’est que je suis continuellement en train de recevoir de bons feedback de la part des directeurs de castings, des producteurs et des réalisateurs. Non seulement mes acteurs sont professionnels, mais en plus ils ont une attitude irréprochable et une disponibilité d’une grande qualité en casting ou en plateau.

Pour moi, l’objectif est atteint !

 Faites-vous du coaching pour des acteurs extérieurs au studio ?  

Oui, en fonction de mes disponibilités. J’organise aussi, chaque année, trois stages intensifs. Ils permettent aux acteurs de découvrir ma méthode, l’esprit du studio et ma personnalité. Je conseille donc aux acteurs qui souhaiteraient que je les suive en coaching de faire le stage, car plus je connais l’acteur, plus j’aurais de facilités à le coacher. J’encourage aussi les acteurs qui désirent s’inscrire en formation continue à faire le stage. C’est une première rencontre déterminante dans la sélection.

Désirez-vous jouer à nouveau ?

Ce n’est pas mon objectif actuellement mais je sens qu’un jour je jouerai à nouveau. Des occasions se présenteront dans quelques années, je le sens. Mais ce n’est pas mon objectif aujourd’hui. La priorité actuelle est la réussite de mes élèves et la réalisation des projets que l’Actors Factory est en train de développer.

Quels sont vos projets pour les années à venir ?

Maintenant que la formation et la structure du studio sont solides, je suis en train de développer une société de production qui me permet de me réaliser autrement: par la réalisation de films.

Le week-end dernier nous avons tourné le premier court-métrage de l’Actors Factory ! C’était extraordinaire ! Nous sommes en montage actuellement.

L’année prochaine, je tournerai deux autres courts métrages et nous commencerons l’écriture d’un premier long-métrage.

Evidemment, je travaille aussi au développement du studio car une maison d’artistes est extensible infiniment ; il n’y a jamais trop d’artistes de talent à rencontrer !