7 factos dans “419” premier film d’Eric Bartonio

Eric Bartonio, réalisateur, est intervenu pendant deux ans à l’Actors Factory dans le cadre de stages face à la caméra. Satisfait du travail des acteurs du studio, il a donné la chance à plusieurs d’entre eux d’apparaître dans son premier film “419” avec, notamment, Liya Kebede, Adel Bencherif, Jimmy Jean-Louis, Julien Courbey, Richard Bohringer.

“419” raconte l’histoire de Mino, interprété par Adel Bencherif (“Rock the Casbah”, “Des hommes et des dieux” “Un prophète”), un jeune musicien de banlieue, qui croise la route de Grace, Liya Kebede (“Sur la route du Marsupilami”), une Nigériane exploitée par un réseau de prostitution. Pour la libérer, il doit payer la somme de 50 000 € aux membres du réseau qui la détient : le 419.

actors factory, amandine klepactors factory, rose denis

Amandine Klep et Rose Denis ont été sélectionnées pour jouer respectivement la chef des prostituées albanaises et sa seconde. Elles sont les rivales de Liya, du clan nigérian. Pour incarner au mieux cette prostituée albanaise, Amandine a dû apprendre quelques expressions typiques et insultes pour nourrir son personnage.

 

actors factory, amir barhoumi

Amir Barhoumi incarne le rôle d’un jeune de banlieue, ami de Mino (Adel Bencherif) et de son meilleur ami (Julien Courbey).

actors factory, adrien binh doanAdrien Binh Doan nous partage son expérience du tournage : “Eric m’a offert le rôle d’un étudiant en médecine qui annonce l’état de santé d’une patiente à ses amis. C’est une situation très simple pour un médecin, une scène très courte pour l’acteur.

Lorsque je suis arrivé sur le plateau, j’ai été très bien accueilli. Eric était égal à lui même, toujours calme et sympathique. Il était évidemment très occupé avec la mise en scène mais nous avons néanmoins eu le temps de faire quelques répétitions. Eric m’a pris un moment à part pour me faire répéter et m’expliquer les quelques changements et les adaptations du scénario.

Au départ j’étais un peu stressé, j’avais peur de ne pas être à la hauteur, peur de le décevoir surtout. Avant de tourner les plans dans lesquels j’apparaissais, l’équipe technique a pris le temps de forcer une porte qui bloquait le mouvement de la caméra sur le décor. Cela m’a permis de me décontracter par rapport à l’équipe technique et m’a laissé le temps d’improviser autour de mon rôle de médecin avec les figurants. J’étais beaucoup plus à l’aise et détendu au moment de tourner.

J’incarnais un interne en chirurgie mais j’étais habillé uniquement d’un vêtement bleu de chirurgien comme si j’étais prêt pour une opération ou que je revenais d’une opération. Eric trouvait que  le costume était un peu vide, qu’il manquait quelque chose. En regardant les figurants qui étaient habillés en blouse, je trouvais qu’ils incarnaient mieux le médecin que moi parce qu’ils étaient vêtus de la blouse blanche. Leur costume faisait une grande partie du travail à leur place. J’ai donc insisté pour avoir une blouse à porter par dessus mon vêtement de chirurgien. Il me semblait aussi logique que l’interne remette sa blouse et son badge d’interne pour aller parler aux amis de la victime, de manière à être identifiée par eux.

Lors de ma préparation, j’étais allé visité les urgences d’un hôpital et j’avais constaté que les médecins et internes portaient la blouse. Ils n’avaient pas une “tête” de médecin ou un comportement particulièrement typique de médecin. Juste une blouse.

Une fois en costume, je me sentais beaucoup plus à l’aise, et j’ai fait confiance à ma blouse pour incarner le médecin à ma place. Nous avons fait 3-4 prises sur le plan large, 3-4 sur le plan serré, et c’était emballé. Eric était satisfait et je l’étais également. C’était une très bonne première expérience professionnelle, et je serai toujours reconnaissant à Eric de m’avoir offert cette opportunité.”

actors factory, claire hoffmannactors facotry, aleric flair3actors factory, géraldine rossard

Claire Hoffmann, Aléric Flair et Géraldine Rossard ont tous les trois incarné différentes silhouettes. Aléric témoigne de son expérience : “Je faisais une silhouette de douanier sur 419,  mon rôle consistait à contrôler les papiers des deux acteurs principaux , Adel Bencherif et Liya Kebede. Nous avons fait plusieurs répétitions ensemble sous la direction d’Eric Bartonio, puis sommes passé aux prises sur Adel et Liya,  pour ensuite terminer par les contre-champs sur moi.

Lorsque nous étions ses élèves Eric nous avait appris qu’il n’y a pas de “petits rôles” : si vous êtes à l’image, même brièvement, c’est que le scénario le demande. Il faut donc être prêt à remplir son rôle, à proposer des choses. J’ai donc fait ce qui était évident : aller à l’aéroport le plus proche de chez moi et demander à des douaniers de me montrer comment ils travaillent. Il s’est avéré qu’Eric attendait effectivement de moi que je sache comment procède un douanier. J’en ai profité pour ajouter avec la comédienne, une très légère touche de drague entre nos personnages, Eric nous a laissé faire.

J’en retiens donc que même pour le plus modeste des postes face à la caméra on peut s’amuser et apporter sa contribution à l’histoire du film. Ce tournage fut aussi la belle occasion de travailler avec Roger Simonsz – le directeur de la photographie sur 419 -qu’Eric avait fait venir à la Factory un an auparavant.”

actors factory, amir barhoumi

Un grand merci à Eric Bartonio pour cette opportunité ! La sortie du film est prévue pour 2014 et nous ne manquerons pas de vous tenir informés!