Le Blog de l'actors factory

  • Sandrine Baume : force et fragilité au service du personnage

    Sandrine Baume tient l’un des rôles principaux du court métrage “Faux Semblant”. Elle y incarne Céline, une femme rongée par son incapacité à avoir un enfant avec son mari.
     .
    Sandrine raconte avoir été tout de suite attirée par le projet et la description du personnage : “J’avais énormément d’empathie pour elle, et j’avais envie de défendre cette femme, combattante et rêveuse, à la recherche de solutions face aux difficultés de sa situation”
     .

    Ne pouvant se rendre au casting aux dates prévues, c’est grâce à l’enthousiasme de ses mots qu’elle a réussi à convaincre l’équipe de la rencontrer ultérieurement pour une rencontre/lecture dans un bar.

    Cette détermination à payé puisqu’elle a finalement obtenu le rôle.

     

    Dans ce court métrage, on suit un couple, François et Céline, dont l’absence d’enfant devient un véritable poids. Alors que le couple se dirige vers une rupture à cause de la solitude et de l’égo de chacun, ils vont s’accorder une dernière chance en essayant de mettre un peu de piment dans leur vie.

     

    11076163_10204024924891319_1673295855884266466_o

     

    Sandrine explique le combat intérieur de cette femme :

    “D’un côté, le sort s’acharne, comme si elle ne méritait pas d’être maman : chaque femme enceinte, chaque nouvelle maman rencontrée est un coup de poignard en plein cœur.
    Et de l’autre côté, elle n’a plus de plaisir sexuel car elle est obligée de faire l’amour à des heures improbables.”

     

    Le personnage de Sandrine est mu par un sentiment fort d’injustice, aussi bien pour son couple que pour elle-même.

    C’est avec la création d’un monde imaginaire, d’une échappatoire avec son mari qu’elle va parvenir à se reconnecter à sa sexualité, ses réels désirs et sa féminité.

     

    Sandrine s’est énormément renseigné sur la “torture psychologique” que constituait le fait ne pas réussir à concevoir d’enfants. Elle a également beaucoup appris sur les contraintes que devaient s’imposer les couples vivant cette problématique, en termes de “rituels quotidiens et douloureux”.

    “Cette recherche m’a permis d’avoir encore plus d’amour et de respect pour mon personnage”

     

    11088485_10204024898290654_3217415764544670992_o

     

    Un coaching avec Tiffany Stern a été très bénéfique à Sandrine. Il lui a permis d’aborder avec profondeur la psychologie de Céline. Certaines incohérences du scénario ont été relevées par la coach : le réalisateur s’est montré très à l’écoute de ces remarques et a par la suite modifié certains dialogues pour permettre une identification plus forte encore.

     

    Sandrine a grandement apprécié la disponibilité et l’humilité dont a su faire preuve l’équipe face à ces quelques modifications.

    C’est aussi la bienveillance de cette équipe technique qui l’a touchée, surtout compte tenu de l’intensité des scènes à tourner. Elle a appris à focaliser toute son attention sur les motivations du personnages, ses ressentis et ses monologues intérieurs lors de ses scènes les plus marquantes.

     

    Cette aventure aura donc été un réel plaisir pour Sandrine :

    “Un tournage très enrichissant, qui m’a permis de me rendre compte à quel point j’aime ce métier.”

     

    Pour davantage d’infos sur Sandrine et ses actualités, rendez vous sur sa page pro en cliquant ICI

     

     

    Lire la suite
  • Maxime Mallet s’essaie avec succès à la réalisation pour “Dario Martini”

    L’année dernière, Maxime Mallet s’est consacré à l’écriture, au tournage et au montage de son premier court métrage, “Dario Martini” : une comédie burlesque, hommage aux films de Bertrand Blier et aux comédies italiennes. 

     

     

    Dario Martini

    Dario Martini est une comédie qui suit le parcours initiatique d’un jeune homme de 35 ans, feignant et obsédé sexuel, vivant encore en huis clos chez sa mère. Excédée par le mode de vie de son fils, celle ci menace d’attenter à ses jours s’il ne trouve pas du travail. Commence alors le voyage en vélo de Dario à travers la campagne, vers une ferme laitière où il compte postuler. La rencontre entre la bizarrerie de Dario et les étranges habitants de la ferme va changer leurs vies à tous…

    Après 3 jours de tournage en mai 2015, la post production s’est étalé sur tout l’été, avant d’être finalisée au mois de septembre.

     

    Affiche Dario

     

    Le casting s’est déroulé à l’Actors Factory. Maxime hésitait à jouer le rôle principal de son film, mais il a finalement décidé de le faire jouer par un autre acteur :

    “Je ne regrette pas du tout. J’ai pris cette décision au casting en voyant le plaisir que j’avais à diriger les acteurs. Je ne voulais pas non plus prendre le risque de cumuler les rôles d’acteur et de metteur en scène”

    Cela a surtout permis à Maxime de s’investir à 100% dans son rôle de réalisateur.

    “Cela demande déjà tellement d’exigence et d’attention au moindre détail que je suis content de ne pas m’être dispersé”

    L’un des comédiens n’étant finalement pas disponible, Maxime a tout de même pu jouer un petit rôle dans une scène, celui de “l’homme aux bouteilles de verre” !

    Maxime confie avoir peaufiné le scénario jusqu’au dernier moment. Il a également beaucoup travaillé avec les acteurs en amont, pour cerner au mieux les personnages et les enjeux de chaque scène.

    Son travail avec l’équipe technique a accouché d’un découpage très précis, ce qui a permis au tournage de se passer de manière très fluide.

     

    Tournage Dario

     

    Maxime a maintenu ses exigences tout le long du tournage, et a pu compter sur son équipe, qui “a grave assuré !”.

    Il a appris à jongler entre ses envies précises et une vraie disponibilité pour ses acteurs et les imprévus

    “Je me aussi suis rendu compte que toutes ces années d’acting étaient un vrai atout pour diriger les acteurs.”

    Le film a été sélectionné au festival Bestofshorts de La Ciotat et a été diffusé en salle a Paris au Cinéma des Cinéastes et Au Ciné 13

    “Je ne pouvais pas rêver mieux pour un premier court. Ces deux projections ont été des vrais succès et m’ont rassuré et conforté dans mon choix de réaliser des films. Même si je reste toujours acteur a côté !”

    Actuellement, Dario Martini poursuit sa route en festivals, grâce au travail acharné de Maxime.

     

    Pour davantage d’infos sur Maxime et ses projets, rendez vous sur sa page pro en cliquant ICI

     

     

    Projo au ciné 13 avec l'equipe

     

     

    Lire la suite
  • Les Factos investissent le Nikon Film Festival

    Cette année encore, le Nikon Film Festival a mobilisé beaucoup d’artistes, qui ont posté leur court métrage sur le thème “Je suis un geste”. Parmi eux, on retrouve trois courts métrage réalisés ou interprétés par des acteurs de l’Actors Factory.

     

    Le principe du festival Nikon est simple. Chaque année, un thème est proposé ; et tous ceux qui en ont envie publient leur court métrage sur le site du festival. La vidéo peut prendre toutes les formes mais ne doit pas dépasser les 140sec. Plusieurs prix sont ensuite accordés, par le public et par un jury de professionnels.

    Vous pouvez soutenir toutes nos participations, en les likant quotidiennement sur le site.

     

    Je suis une cigarette

    Dans ce court métrage, on retrouve une Facto derrière la caméra, Léa Issert, et une devant la caméra, Dorcas Coppin.

    Il s’agit d’un clip sur un morceau de Saint Aubin. Le texte aborde l’addiction à la nicotine avec la métaphore du couple. Face caméra, Dorcas Coppin personnifie cette addiction. Elle semble inoffensive, sensuelle et naïve, dansant devant l’objectif. Mais au fil de la chanson, elle se métamorphose ; son visage devient inquiétant, ses mouvements saccadés et proches de la folie.

    La mise en image est particulièrement réussie et sert complètement la chanson, subtile et intelligente.

    “Je suis une cigarette” fait d’ailleurs partie des 20 vidéos les plus soutenues.

    Soutenez là en vous rendant sur le site : ICI

     

    nikon dorcas

     

    Je suis le souvenir

    Ce court métrage a été réalisé par Paul Dufort et Léo Dussollier, tous deux en première année à la Factory.

    Grâce à une séquence unique et un plan fixe, les deux acteurs/réalisateurs ont réussi à mettre en exergue l’aspect éphémère du souvenir, aussi marquant et collectif soit-il.

    La pertinence de leur idée et la sobriété de la mise en image en font un court métrage puissant et percutant.

    La vidéo a d’ailleurs été reprise par plusieurs sites journalistiques à l’occasion des commémorations du 11 janvier.

    Soutenez “Je suis le souvenir” en vous rendant sur le site : ICI

     

    nikon souvenir

     

    Je suis une assise

    10 acteurs de la Factory, dont une qui s’est également occupé de la mise en scène, Camille Zénit, pour ce court métrage original et tendre.

    Tiffany Stern, en voix off, incarne une chaise. Une chaise qui parle, pense, doute et ressent.

    Chaque mouvement, chaque énergie, chaque action exercée sur cette chaise par les différents comédiens est l’occasion pour cette assise de se lier aux humains. Une manière pour elle de découvrir la complexité de leurs émotions, et la diversité de leur personnalité.

    Athéna Leibolt, la réalisatrice, a donc fait confiance aux acteurs du studio pour faire vivre son histoire et son personnage clé.

    Vous pouvez soutenir “Je suis une assise” en vous rendant sur le site : ICI

     

    nikon assise

     

    Félicitations à tous ceux qui ont participé de près ou de loin à l’élaboration de ces courts métrages, dont l’originalité (du propos, de l’idée ou de la mise en image) semble être le dénominateur commun !

    Lire la suite
  • Stage intensif d’hiver du 20 au 27 février 2016

    Notre stage d’hiver aura lieu du 20 au 27 février 2016..

    Retrouvez les détails de ce que nous vous proposons durant cette semaine intensive

    en cliquant ICI

    Vous pourrez aussi y découvrir les vidéos des stages et les interviews des participants.

     

     

    Lire la suite
  • Titouan Gautier : le mélange des genres et des supports !

    Tour d’horizon des projets de Titouan Gautier, entre courts métrage, émission Youtube à succès et écriture de scenarii.

     

    What The Cut 37

     

    What The Cut est une émission Youtube, créée par Antoine Daniel. Depuis plusieurs années, Antoine s’amuse à décortiquer des vidéos absurdes, décalées et expérimentales qu’il glane sur Internet.

    A partir de la 35e vidéo, il a souhaité intégrer en guise d’introduction à cette émission un court métrage qui laisse exploser ses envies et sa folie.

    Grâce à des répliques ciselées et un montage rythmé et efficace, ces introductions sont maintenant devenues aussi cultes que l’émission elle-même.

     

    Pour ce What The Cut, 37e du nom, le court métrage d’Antoine Daniel a fait appel à des moyens plus conséquents, avec de nombreux décors, des effets spéciaux etc.

    Titouan a été choisi par le réalisateur pour incarner l’assistant du Général Derek Von Perchman, personnage mégalomane qui décide de désactiver Internet pour ne plus diffuser que ses propres vidéos ridicules.

    Titouan est donc présent dans la première scène de l’introduction, qui démarre avec un plan séquence particulièrement compliqué à tourner.

    “Antoine sait exactement ce qu’il souhaite comme rendu final. Il nous a donc donné des directives très claires, en termes de rythme notamment”

     

    La vidéo est disponible depuis un peu plus d’une semaine et comptabilise déjà plus de 3millions de vues ! Un succès amplement mérité, au vu de la masse de travail accompli par le réalisateur et son équipe.

    Voici donc WTC 37 :

     

     

    Du Vent Dans Les Cheveux

     

    Titouan est Ferdinand dans le court métrage ambitieux de Germain Jean Guindey «Du Vent dans les Cheveux» étudiant en 3ème année à 3IS et qui signe là, son film de fin d’études, d’une vingtaine de minutes avec la comédienne Nathalie Bienaimé, voix actuelle de Bart Simpson, dans la série d’animation bientôt trentenaire du même nom.

     

    Le réalisateur et le comédien se sont rencontrés au studio

    «On a beaucoup parlé du projet, de son univers, et on a finalement tourné quelques prises sur un texte tiré de «Darjeeling Limited », où il me dirigeait sur des propositions très différentes à chaque
    fois».

     

    Le tournage a duré une semaine dans une belle demeure des environs de Massy, une trentaine de techniciens étaient à pied d’oeuvre pour réaliser le meilleur film possible.

    «Dès mon arrivée j’ai été impressionné par le professionnalisme de toute l’équipe. Germain a un univers bien à lui, très bande dessinée, et cela se ressent fortement dans ses plans et sa direction d’acteurs. Pour moi c’était un gros challenge en termes de travail et d’endurance puisque j’étais présent dans toutes les scènes» se souvient Titouan.

     

    DVDLC

     

    «Les deux autres actrices, Pénélope Rose Lévêque et Nathalie Bienaimé ont été des partenaires de jeu incroyables».

     

    Titouan nous parle de son personnage et de son histoire :

    «Ferdinand est un jeune homme qui, depuis la mort de son père, s’est imposé énormément de règles, et ne vit que par et pour le contrôle.  Etudiant en paysagisme, il aborde le jardinage comme quelque chose d’extrêmement scientifique. Tout se prépare minutieusement en amont, mais l’arrivée de nouveaux voisins, et particulièrement d’une fille de son âge va tout chambouler».

     

    Comment notre Facto s’est préparé pour aborder son rôle ?

    «Nous avons fait plusieurs séances de répétitions, ce qui m’a permis de vraiment comprendre ce que Germain souhaitait pour mon personnage. Il s’agissait de ne pas tomber dans la caricature et de comprendre comment l’arrivée de Wendolyne allait m’aider à faire le deuil de mon père».
    Titouan sort grandi de cette expérience «Le tournage était épuisant mais il m’a permis de me confronter à un certain nombre de difficultés dont j’ai pu tirer beaucoup de leçons».

    Germain Jean Guindey a d’ailleurs fait appel à Titouan pour jouer le rôle principal de son prochain court métrage, qui se tournera au printemps. On retrouvera également Romy Alizée au casting !

     

    dvdlc affiche

     

     

    6 mois plus tard / A ta place

    Depuis quelques mois, Titouan s’essaie également à l’écriture. C’est ainsi qu’en décembre dernier, il a tourné une scène coécrite avec Roxanne Bennett, autre actrice du Groupe Studio. La scène est actuellement en cours de montage et devrait être disponible bientôt !

    Aussi, Titouan a confié à Bertrand Larrieu, membre de la Factory, le soin de réaliser son premier court métrage, “A ta place”, qui sera tourné ce mois-ci. Une confrontation entre Titouan et Paul Paracini qui révèle son lot de surprises.

     

    Enfin, notre acteur continue son travail au sein de la Factory, avec notamment ce monologue extrait du recueil “Spoon River”, qui sert de matière première à la méthode de Tiffany Stern.

     

     

     

    Pour davantage d’infos sur Titouan et ses projets, rendez-vous sur sa page pro en cliquant ICI

     

     

    Lire la suite