Le Blog de l'actors factory

  • Une nouvelle voie pour Augustin Brat, dans le monde du doublage !

    Depuis environ un an, Augustin Brat a mis un pied dans le monde du doublage et enchaîne avec succès les projets : Terminator, Vice Versa, We are your friends etc. Il nous explique les origines et les enjeux de cette aventure.

     

    Tout a commencé par une rencontre avec Hervé Rey, voix mythique de Peter Pan, qui est à la fois comédien et directeur artistique. Rapidement, il est devenu une sorte de mentor pour Augustin et lui a présenté différents directeurs artistiques avec lesquels Augustin a passé des essais.

     

    Pendant deux semaines, Augustin s’est présenté tous les jours aux studios de doublage et a assisté avec rigueur aux séances de travail.

    C’est ainsi qu’il a pu véritablement comprendre ce qu’était le doublage, ses codes et son vocabulaire.

    Grâce à cette assiduité, on lui a proposé un petit rôle dans Terminator (un infirmier avec quelques lignes de texte)

     

    terminator

     

    Augustin a également participé à Vice Versa. Hervé Rey travaillait sur le projet et lui a donc proposé de poser sa voix sur un des personnages que l’on voit au générique et dans les bonus du DVD.

    Un travail en appelant un autre, Augustin s’est ensuite vu confier son vrai premier gros rôle sur un long métrage qui n’est pas encore sorti en salles.

    Il double un jeune stagiaire innocent qui couche avec sa directrice. Une expérience destabilisante mais amusante puisque “j’étais seul dans le studio pour doubler une scène de sexe. J’étais donc à la barre, attendant les moments où j’intervenais”.

    Malgré la difficulté de l’exercice, Augustin confie qu’il s’agissait d’une “super expérience, très compliquée, mais très drôle au final”.

    Le doublage est une discipline très exigeante. Les acteurs ne savent jamais à l’avance le rôle qu’ils vont jouer. On les briefe quelques minutes avant le doublage ; on leur fait visionner la scène deux fois, en VO, et ils doivent ensuite reproduire à l’identique ce qu’ils voient.

    “C’est un vrai travail ! Il faut réussir à s’approprier le rythme du personnage, ses tics, ses respirations, son sous texte etc.”

     

    friends

     

    Augustin raconte que le doublage de “We are your friends” fut un de ses doublages les plus “fun”. Lui et trois autres doubleurs ont passé plusieurs jours tous ensemble pour doubler les scènes de ce film sur une bande d’amis.

    Une vraie alchimie s’est créée, et l’ambiance était particulièrement agréable.

    “J’ai vraiment compris ce qu’était le fun, le plaisir dans le travail !”

    Surtout, Augustin a pu rencontrer certaines des voix mythiques des films et séries : Marge Simpson, Julia Roberts, Bree Van de Kamp etc.

    L’aventure d’Augustin dans ce milieu ne fait que commencer et il a trouvé là une voie qui complète parfaitement sa formation et ses aspirations d’acteur.

    Pour davantage d’infos sur Augustin et ses projets, rendez vous sur sa page pro en cliquant ICI

    Lire la suite
  • Gaëlle Marie : actrice complète et charismatique

    Impossible de passer à côté de Gaelle Marie ! Son charisme, son énergie et son humour ne laissent pas indifférent. Aussi à l’aise dans la comédie que dans le drame, elle met son talent au service de projets divers et intenses.

    .

    Shadows

    Gaelle a obtenu le 1er rôle féminin dans le court métrage “Shadows”, réalisé par Nicolas Davenel et Jonathan Michaut et produit par Maison Carrousel.
     .
    Elle y interprète Alex, petite amie du personnage princpal, Steve.
     .
    Shadows suit le parcours de Steve, boxeur poids lourd. Malgré sa carrure, Steve est quelqu’un de timide et effacé, et a une certaine tendance à se laisser faire par les gens et le circonstances.
    .
    Mais lorsque sa petite amie Alex va lui annoncer qu’elle est enceinte, Steve sera confronté à ses problématiques et devra choisir entre la prise de responsabilités et l’abandon.
    .

    Gaelle confie s’être sentie à l’aise sur ce tournage, qu’elle qualifie de “bienveillant”. L’esprit de troupe qui régnait sur le plateau a contribué à mettre notre actrice à l’aise.

    Le tournage s’est déroulé à Nevers sur une semaine, et c’est Ol Kainry qui jouait le rôle de Steve. Une rencontre sympathique pour Gaëlle, puisque “c’est un rappeur que j’ai écouté et apprécié pendant mon adolescence !”

    .

    L’intensité et l’exigence des situations et personnages a fait prendre conscience à Gaëlle de “l’importance et de l’efficacité de la méthode Stern”.

    Grâce à cette méthode, elle a pu se sentir en confiance, solide, sûre et “réellement concentrée sur l’histoire que je devais raconter”.

    .

    Il est prévu que le court métrage tourne beaucoup en festival !

     

    Le Mag

     

    l-equipe-de-mag-nouvelle-formule-au-complet

     

    Depuis la rentrée de Septembre, Gaëlle a rejoint l’équipe du Mag de NRJ12.

    Consacrée à la Pop Culture, le Mag est un 2 en 1: première partie le Daily Mag est un condensé d’actualités de la journée qu’il ne fallait pas louper : potins, réseaux sociaux, geek…et des lives d’artistes français et internationaux.

    .

    Enfin, la 2ème partie, Le Mag de la tv réalité, cash et irrévérencieuse livre toutes les indiscrétions et informations inédites de la téléréalité. Au sein de cette émission, Gaëlle intervient en tant qu’humoriste.

    En écrivant et en interprétant des personnages loufoques, elle apporte un point de vue décalé sur l’actualité et sur les chroniques des autres membres de l’équipe. Pour Gaëlle, c’est l’occasion « d’aiguiser [son] écriture ».

    .

    Un sacré challenge pour notre actrice, qui doit être très réactive, et livrer un sketch hebdomadaire. Surtout, cette émission lui permet d’acquérir de la visibilité en tant qu’humoriste.

    Cet exercice exigeant aura beaucoup apporté à Gaëlle, sur ses capacités à travailler vite et efficacement. Au début du mois de novembre, Gaëlle a d’ailleurs choisi de quitter l’émission pour se concentrer pleinement sur l’écriture de son premier one woman show, qu’elle espère monter au premier trimestre 2016.

     

    Pour davantage d’infos sur Gaëlle et ses projets, rendez vous sur sa page pro en cliquant ICI

     

     

    Lire la suite
  • Entre talent et détermination, rien n’arrête Gabriel Mirété !

    Gabriel Mirété ne s’arrête jamais ! Il fourmille de projets très divers, que ce soit dans des courts métrage ou dans des clips ; au théâtre ou au sein de son collectif “Les Parasites”. Un travail acharné qui paie et laisse augurer du meilleur pour la suite !

     .

    .

    Les Parasites / Vertige

    Nous vous avions déjà parlé du collectif de Gabriel, “Les Parasites”, qui enchaine les festivals de créations de courts métrage. Le 48h Film Project de Paris a été l’occasion pour eux de réaliser un nouveau projet, intitulé “Vertige”.

    C’est Guillaume Desjardins qui a pris en charge la réalisation de ce court métrage, qui se constitue d’un unique plan séquence de 7min (timing exigé par le concours). Ce plan séquence était une volonté de Gabriel et de ses collègues. Il leur a fallu alors construire une histoire justifiant ce plan. Ils se sont rapidement dirigés vers l’idée d’un cambriolage qui finit mal.

    “C’est une idée forte, compréhensible rapidement, avec de gros enjeux et qui plonge tout de suite les spectateurs dans l’action”, nous explique Gabriel.

    Le vendredi soir, le scénario était bouclé ; le samedi après-midi a consisté à faire des répétitions pour que tout soit le plus précis possible. Et finalement, en fin d’après midi, le court métrage a été tourné.

    Trois prises auront été nécessaires pour obtenir ce qui selon Gabriel “était le mieux du point de vue du jeu, du son, de la technique, de la météo, et des imprévus (car c’est ce qui fait le charme et la véracité d’un plan séquence)”

    Comme à leur habitude, le groupe d’amis a pris un immense plaisir à tourner ce projet. Gabriel confie d’ailleurs que l’excitation et la tension du plan séquence montaient en même temps que la tension que vivent les personnages de l’histoire.

    “Ça a aidé toute l’équipe à être plongée dedans.”

     

    Le collectif Les Parasites a d’autres projets qui vont sortir très prochainement. En attendant, nous vous laissons découvrir “Vertige” !

     

     

     

    Courte Accalmie

    « Courte Accalmie » est un court-métrage réalisé par Jonathan COZZO et Gaëtan ARRONDEAU.

    On y suit cinq jeunes qui, avant leurs examens de fin d’école d’ingénieurs, se réunissent dans le sud de la France au bord de la mer pour réviser mais aussi se questionner sur l’avenir de leur amitié une fois dans la vie active.

    Dans ce court métrage, Gabriel interprétait le jeune naïf du groupe, Luc.

    Le tournage s’est déroulé au mois de juillet dernier, dans le sud de la France, entre Nice, Cannes et Antibes. Une partie de l’équipe technique en étant originaire, tous ont donc été plongés dans l’ambiance du Sud.

    Gabriel se souvient du temps fabuleux et des paysages magnifiques, qui ont permis au tournage de se faire dans une ambiance décontractée.

    “C’était comme être dans une petite bulle coupée de tout”.

    Durant une semaine, l’équipe du film a tourné dans divers lieux sauvages, tels qu’une vieille maison dans la montagne, une plage, un squat etc.

    Le film est désormais en montage et sera envoyé en festival dès que possible.

     

    Gabriel Mirété

     

    Sometime

    « Sometime » est un clip électro de l’artiste SUÑA, réalisé par Julien Martorell et Quentin Garabedian (Onirim Production) :

    Gabriel joue ici le personnage principal du premier clip de cet artiste.

    Dans ce clip, un jeune homme est entraîné contre son gré dans une soirée étudiante, dans un manoir désaffecté. Plus la soirée avance, plus il se sent et se retrouve seul, jusqu’à aller dans la folie.

    Gabriel confie avoir “adoré l’ambiance du tournage”. Entouré de beaucoup d’autres jeunes acteurs, encadré par une grosse équipe technique, dans de magnifiques décors (notamment avec des scènes de conduite dans une vieille Peugeot), notre acteur a pleinement apprécié cette expérience.

    “Je suis très heureux du rendu final et de la rencontre avec l’artiste Suña, qui depuis enchaîne les festivals ou soirées électro.”

    Découvrez donc “Sometime”, dans la vidéo ci-dessous :

     

     

    Triangle

    « Triangle » est un projet de dernière année à 3is, réalisé par Théo Lerroyer.

    Comme son nom l’indique, ce court métrage s’intéresse à la relation triangulaire de trois personnages. Léon, interprété par Gabriel veut tout faire pour déclarer son amour à Maud. Maud veut tout faire pour ne pas se retrouver seul avec Léon. Le tout sous le regard de Lili qui veut tout faire pour exister et se faire remarquer des deux autres. Aucun des personnages ne supporte cette situation et il vont devoir faire un choix…

    Gabriel a tout de suite adoré les “trois couleurs bien distinctes des personnages”.

    Le court métrage a été tourné avec du matériel très professionnel, une caméra Arri Alexa, et Gabriel a particulièrement apprécié l’efficacité de l’équipe technique. Surtout, le réalisateur lui a semblé très à l’écoute de ses comédiens, et ses partenaires de jeu étaient “au top !”.

    Enfin, l’ensemble du projet était supervisé par un grand intervenant, un ancien de la Femis.

    Quant à son personnage, Gabriel avoue qu’il était “vraiment drôle de jouer un pianiste costume queue de pie alors que dans la vie je suis clarinettiste.”

    En ce moment le court-métrage fait le tour de plusieurs festivals et va continuer pendant un certain temps avant d’être visible sur le net…

     

    Gabriel Mirété Actors Factory

     

    Pour davantage d’infos sur Gabriel et ses projets, rendez-vous sur sa page pro en cliquant ICI

    Lire la suite
  • Kaou Langoët sur grand écran dans “Suite Armoricaine”

    La candeur et la folie de Kaou Langoët lui confèrent un charme atypique et un magnétisme certain. En début d’année prochaine, le long métrage de Pascale Breton, « Suite Armoricaine », sortira en salles. Un film dans lequel Kaou tient l’un des rôles principaux.

     

    C’est à la fin d’un concert que Kaou donnait avec son groupe, Gimol Dru Band, qu’il a rencontré la réalisatrice.

     

    Quelques années plus tard, il l’a recontactée pour lui faire part de son envie de jouer dans un film. Pascale Breton lui a alors proposé de passer les essais pour l’un des personnages de son nouveau film.

    Trois essais auront été nécessaires pour que Kaou obtienne finalement le rôle. Entre sa rencontre avec la réalisatrice et ces essais, Kaou avait eu l’occasion de faire ses premiers pas sur un long métrage (Lann Vraz, de Soazig Daniellou), dans lequel il incarnait Jampi, un punk écolo en conflit avec une famille d’ostréiculteurs.

     

    Afficher l'image d'origine

     

    Pour autant, Kaou est arrivé sur le tournage de Suite Armoricaine empreint de timidité. Venu dès les premiers jours de tournage, alors même qu’il n’y tournait pas de scènes, il s’est fait observateur hyperactif.

    « Tout m’intéressait et je voulais participer et rendre service à tout le monde… »

     

    Mais lorsque sa première nuit de tournage est arrivée, Kaou a été confronté de plein fouet à certaines difficultés.

    « La semaine de travail qui à suivie à été éprouvante. Jamais je n’avais vécu une expérience comme ça auparavant. »

    La réalisatrice a fait le choix d’échelonner son tournage sur 6 mois afin de profiter réellement des changements de saisons. Un choix qui a permis à Kaou de travailler sur l’évolution de son personnage au fil des mois.

    « Je suis très sensible aux changements de saisons et je m’en suis beaucoup servi pour le rôle. »

     

     

    Suite Armoricaine se déroule sur une année universitaire à la fac de Rennes 2. On y suit Françoise, qui revient enseigner l’histoire de l’art à l’université. A travers les différents personnages qu’elle retrouve là-bas, Françoise va être confronté à certains pans de son passé qu’elle avait longtemps mis de côté.

    Kaou incarne Ion, un étudiant qui arrive de nulle part en 2e année de géo. Amoureux d’une jeune étudiante aveugle, il prétend, par honte que sa mère est décédée.
    Pour ses premiers jours de tournage, Kaou était avec d’autres jeunes gens de son âge.
    « C’était rassurant de commencer par jouer avec des “semblables” », confie Kaou.

     

    C’est ensuite qu’il a eu la chance de tourner avec Elina Löwensohm, qui joue le rôle de sa mère. Kaou se dit « fier » d’avoir pu tourner avec cette actrice, « une personne formidable ».

    Aussi, il a été particulièrement impressionné de tourner avec Valérie Dréville.

    « Quand elle arrive sur le plateau elle dégage quelque chose de tellement fort, elle est déjà dans son rôle, à chaque seconde. »

     

     

    Cette expérience fut très enrichissante pour Kaou. Confronté pour la première fois à un tournage de cette ampleur, il lui a fallu apprendre rapidement.
    « J’ai dû m’adapter très vite pour comprendre comment fonctionne un plateau de cinema. Qui fait quoi ? A qui doit-on s’adresser et à quel moment etc. ? »

     

    Kaou est sorti de ce tournage « transformé ». Il est extrêmement reconnaissant à Pascale Breton de lui avoir accordé cette confiance, ainsi qu’à toute l’équipe au contact de laquelle il s’est véritablement enrichi.

    « J’ai appris énormément au cours de cette expérience que j’ai pris comme l’une des grandes aventures de ma vie. J’ai pris une claque mais j’en suis sorti grandi. »

     

    Une aventure qui lui a donné encore davantage d’appétit pour ce milieu et pour le métier d’acteur.

    Voici la bande annonce de “Suite Armoricaine” :

     

    Pour davantage d’infos sur Kaou et ses projets, rendez vous sur sa page pro en cliquant ICI

    Lire la suite